L'Homme - l'Univers - la Voie

L'Homme
6. L'adolescence

 Le moi du corps termine sa croissance.

Le moi de la personnalité commence son développement.

Un embryon de moi réel se forme.

 

Le développement de la personnalité

Le développement normal des centres intellectuel, émotif et moteur se poursuit par les actions conjuguées des 18 secteurs et des 12 liens de la personnalité, qui façonnent un ensemble organique composé de 987 facettes.

La personnalité est un organe dualiste, formé d'éléments polarisés (+) et (-). Elle est un ensemble de leviers sans point d'appui. Durant l'enfance les parents, la famille, les éducateurs ... jouent ce rôle.

Ce vrai rôle appartient au moi réel.

 

Un embryon de moi réel

Le moi du corps achève sa croissance, élaborée à partir de la transmutation des aliments.

Il est devenu capable d'élaborer l'énergie la plus fine possible à partir de ces aliments :

l'énergie sexuelle.

L'énergie sexuelle de l'adolescent est pure, comme est pur le centre émotif chez le nouveau-né. Comme toute énergie fine, son rôle est la croissance et l'élévation de l'être.

L'énergie sexuelle est la manifestation de l'embryon du moi réel et de son appétit : elle est sa nourriture, son matériau de construction grâce aux "valeurs ajoutées"

par le travail d'une personnalité saine et équilibrée.

 

Un travail de transmutation

L'énergie sexuelle, aboutissement de la transmutation des aliments, est une énergie conceptrice, dynamique, polyvalente, destinée à prendre le relais de la croissance du corps, pour le développement du moi réel et de la personnalité.

Dans une personnalité normale, elle a un rôle d'inspiration créatrice, de muse du poète

(au vrai sens très vaste du terme, de poïein = faire, en grec).

L'énergie sexuelle entre en action sous l'appel d'un sentiment positif

(un sentiment positif étant considéré comme un sous-ensemble de la tendresse de l'amour).

 

Elle s'accumule peu à peu, en surabondance, dans la partie instinctive positive du centre moteur et oriente l'ensemble de la personnalité et de ses 987 petits moi, comme un champ magnétique oriente des limailles de fer.

Le centre moteur éveillé active les secteurs moteurs, positif et négatif, du centre intellectuel, qui stimulent les quatre secteurs émotif et intellectuel dans une inspiration créatrice (toute forme de création).

Les deux secteurs moteurs du centre émotif éveillent de même la totalité du centre. Les secteurs émotifs de tous les centres vibrent. Le secteur intellectuel du centre émotif vibre avec l'inspiration poétique du centre intellectuel.

 

Le centre émotif s'ouvre vers le centre émotif supérieur

et reçoit un éclair de conscience du moi réel.

En se répétant et s'accentuant, cette communication avec le moi réel induit et transmute l'énergie sexuelle, soude la personnalité, construit les bases du moi réel :

c'est la voie de l'extase poétique dans sa réalité et sa simplicité.

La voie qui monte génère la voie qui descend.

 

... les "belles au bois dormant" et "princes charmants" ont-t-ils cette chance à l'adolescence ?

 

Une personnalité endormie

Les erreurs de l'enfance conduisent généralement à des personnalités immatures et déséquilibrées.

Les temps actuels sont caractérisés par deux types d'adolescents, un type n°3 et un type n°1.

Ils ont en commun la subconscience de la partie positive du centre émotif.

 

Dans les pays dits en voie de développement, la plupart des adolescents accèdent à des études secondaires et universitaires. Le centre intellectuel est surdéveloppé. Ce développement est positif, mais son exagération a deux conséquences négatives.

Le centre émotif, la boussole de la personnalité, est étouffé et reste endormi. Beaucoup d'adolescents se sentent "déboussolés" sans en comprendre l'explication. Ce centre ne se manifeste que par sa partie négative, proche du niveau du centre moteur, en réagissant par des émotions négatives, destructrices.

Ce déséquilibre en entraîne un autre : la tendresse du sentiment que le centre émotif n'exerce plus est remplacée au niveau de la partie instinctive positive du centre moteur par une tendresse sensuelle, passionnelle, égoïste.

 

Malgré le développement des études secondaires et universitaires, tous les adolescents ne sont pas des types n°3. Un processus comparable existe chez des adolescents de types n°1.

Le centre moteur est surdéveloppé dans ses parties positive et négative.

Le centre émotif, étouffé, en est encore réduit à s'exprimer par des émotions négatives, destructrices.

Ce déséquilibre en entraîne un autre dans le centre intellectuel, qui compense par l'hypertrophie de sa partie négative, pour développer des instincts maléfiques (agitations, destructions, violences, rackets, casseurs, criminels ...)

 

La léthargie du centre émotif va plus loin. A la limite elle peut entraîner l'inexistence des secteurs émotifs des centres intellectuel et moteur.

La personnalité, au lieu de 18 secteurs normaux, se trouve réduite à 8 secteurs. Cette réduction des secteurs entraîne celle des liens, qui tombent de 12 à 4. Les 8 liens qui constituent les cordes fines de la morale humaine n'existent pas.

Un tel adolescent n'est conduit que par des considérations intellectuelles ou instinctives-motrices.

C'est un être amoral, chez qui tout est permis, s'il n'est pas punissable (type n°3)

ou qui trouve un plaisir intellectuel dans le mal (type n°1)

 

Un processus inversé

La manifestation du sexe est un maillon des transmutations qui s'opèrent dans l'être à partir des aliments, de la respiration de l'air, et des impressions reçues du monde extérieur et intérieur.

Dans une personnalité endormie, enivrée, ce processus est

le même, mais inversé.

L'appel de l'énergie sexuelle part du centre émotif, siège légitime de la tendresse, mais d'un centre déséquilibré par la quasi inexistence de la partie positive, et dont le seul occupant est la partie négative, reliée aux secteurs négatifs des autres centres.

Dans un accès de haine, de jalousie, de colère, de dépression,..., le centre moteur, positif et négatif est envahi par l'énergie sexuelle,

puis les secteurs moteurs des deux autres centres, qui vibrent et confluent négativement,

comme dans la combustion d'une poudre explosive.

Plus l'émotion négative est forte, plus l'appel d'énergie sexuelle est important.

 

Le résultat n'est plus la construction de l'être, mais sa destruction.

Les tendances s'accentuent. Le prochain accès sera plus fort , sauf ...?

 

Un rêve positif

Dans une personnalité endormie, proche de la subconscience du moi du corps, le centre émotif rêve.

Il fabrique des images, des bandes dessinées, des videos, des films.

Associé au centre intellectuel, il fabrique des images de grandeur, de héros et situations grandioses qui compensent les échecs de la vie.

Associé au centre moteur, il voyage sur terre, sur mer, dans les airs, dans l'espace.

 

L'association au centre sexuel seul est différente.

Le centre sexuel est un, non polarisé en partie positive et négative, non divisé en secteurs.

Ce rêve donne des images du moi réel et peut aider à sa prise de conscience.

Cette observation de soi peut conduire à une recherche consciente de

transformation du sommeil en éveil dans la vie.