L'Homme - l'Univers - la Voie

L'Homme
 Moi, cet inconnu

La vie intérieure

La philosophie et la science étudient l'homme abstrait, un univers abstrait, peu de liens entre eux.

L'homme concret - moi - leur est étranger .

Pourtant la connaissance de soi est la clé de toute connaissance.

Sans elle, rien.

 

La vie moderne de l'homme adulte laisse peu de place à la vie intérieure.

Ce monde si riche est relégué en arrière-plan, loin des considérations courantes.

L'homme moderne est absorbé par les circonstances, broyé dans leurs engrenages,

à l'image de Chaplin dans "les temps modernes".

 

Conduit dans des directions qui ne mènent nulle part,

absent de lui-même,

sa vie s'éteint sans avoir été vécue.      

  

Introspection.

Notre monde intérieur s'étudie, comme dans toute méthode scientifique, par l'observation :

l'observation intérieure, l'introspection.

Mais la différence avec l'observation scientifique en général est grande :

l'observateur est l'objet de ses observations !

 

L'observateur n'est pas impartial.

A cette difficulté s'ajoute l'instabilité de notre vie intérieure, qui change sans cesse.

Dans cette vie en perpétuel mouvement, trois courants arrivent à se dessiner :

la vie végétale des instincts,

la vie animale des sentiments,

la vie humaine de la pensée et de la parole.

  

Trois centres de gravité

Ces trois courants,

intellectuel, émotionnel, instinctif-moteur

gravitent dans le cerveau, le coeur et l'abdomen.

  
IIIe étage
Tête-cerveau
IIe étage
Poitrine-coeur
Ier étage
Lombes-abdomen

Chacun de ces "centres" peut recevoir et émettre,

(comme le processeur d'un ordinateur a ses entrées et ses sorties).

Le centre intellectuel reçoit quand il lit, émet quand il écrit ou parle.

Le centre émotionnel reçoit quand il ressent, émet quand il exprime.

 

Quand un centre est actif, les deux autres deviennent passifs.

( analogie avec trois fenêtres de travail d'un ordinateur).

 

Chaque centre agit dans le corps entier et dans les autres centres.

Toute notre vie intérieure et extérieure est gérée par ces "centres",

tous nos "moi".

 

 Pluralité. Instabilité. Conflits.

Les nombreuses combinaisons possibles des centres

aboutissent à de nombreux types de moi.

L'homme est légion. 

L'homme vit sous la loi du hasard.

Un moi prend un engagement,

un autre l'oublie, ou refuse ou est incapable de le tenir.

L'homme cherche des justifications, des replâtrages.

En cas d'insuccès, il accuse les autres, les événements ou les circonstances.

Il ment aux autres.

Et, pire, il en arrive à se mentir à lui-même.

 

 

Inconscient de son état, l'homme est comparable à un vase de limaille.

Au gré des événements, les grains de limaille s'associent ou se dissocient mécaniquement.

 

La prise de conscience grandissante de cet état, l'étude de soi, le feu intérieur d'un travail soutenu peuvent aboutir à ...

la fusion interne,

la soudure.

L'homme échappe ainsi à la loi du Hasard,

devient un, maitre de soi.

 

la Personnalité

Les parcelles de limaille constituent notre personnalité.

Elles sont destinées à jouer un rôle déterminé

mais nous les utilisons sans les connaître, sans les comprendre.

Il est utile d'étudier le contenu, la structure,

et le fonctionnement de la personnalité.

 

 les fonctions psychiques des "centres"

le centre intellectuel
enregistre, pense, calcule, combine, recherche, invente ........
le centre émotif
a pour domaine les sentiments (ainsi que les sensations et passions raffinées)
le centre instinctif-moteur
gère les cinq sens, accumule l'énergie dans l'organisme (par ses fonctions instinctives)

gère la consommation de cette énergie (par ses fonctions motrices)

un état de désordre

Le centre instinctif-moteur est le mieux organisé des trois.

Il fonctionne dès la conception.

Les centres intellectuel et émotif sont plus anarchiques.

Le centre intellectuel empiète sur le sentiment, par ses calculs.

Le centre émotif empiète sur la raison.

Le centre intellectuel et le centre émotif peuvent chacun

empièter sur le centre instinctif-moteur et le dérégler.

Nous n'avons pas de pensée pure, de sentiment pur, d'action pure.

Tout est mélangé par toutes sortes de considérations.

  

une remise en ordre

Une image très ancienne figure l'état de l'homme et sa transformation possible :

l'Attelage,

comprenant le maître, le cocher, le cheval et la voiture. La voiture représente le corps, les chevaux les sentiments, le cocher les facultés intellectuelles, le maître le moi réel.

Normalement le maître indique une route au cocher, qui conduit les chevaux, solidement harnachés à la robuste voiture.

Mais qu'en est-il si le maître est comme absent; si le cocher est assoupi ou ivre; si les chevaux s'emballent; si la voiture et les harnais sont en piteux état ?

 

Le salut peut venir d'un autre cocher.

Il aidera le cocher à s'éveiller. Il s'occupera des chevaux.

Il donnera des conseils, des vivres, indiquera la route .......

Mais à partir de là le cocher devra compter sur lui-même et veiller. S'il est consciencieux, il profitera de la mésaventure pour entreprendre une reconversion.